La carte d'identité nationale martiniquaise vous intéresse ?

La commémoration de toutes les dynamiques...

21 - 22 mai : deux jours pour se souvenir. Aussi bon nombre de manifestations ont permis à un large public de commémorer la date anniversaire de l’abolition de l’esclavage.


Saint-Pierre- Prêcheur , ils étaient plusieurs centaines de personnes à marcher au son du tambour avec le Konvwa pou reparasyon. Tous heureux de participer à cette marche symbolique.
  Photo suivante »
1/7 | Lancer le défilement auto
Afficher toutes les miniatures

Prêcheur haut-lieu de la lutte anti-esclavagiste. Aussi, il n'y avait pas meilleur endroit pour commémorer l’abolition de l’esclavage. La fête a commencé dès le 21 mai. Dans l’après-midi, les amoureux de la petite reine ont assisté à l’arrivée de la seconde étape du grand prix cycliste du 22 mai organisé par la pédale pilotine. Dans la soirée, des centaines de marcheurs ont participé au « Konvwa pou réparasyon » organisé par le MIR (Mouvement Internationale pour les réparations). Arrivée par la terre orchestrée par le groupe «San chenn», ou par la mer avec la Kanawa ou le gommier, la convergence vers le Prêcheur a drainé la grande foule. À l’espace Samboura, le groupe «Savann« a distillé de l’excellente musique fusion, nos rythmes traditionnels revisités, ce fut un délice pour les oreilles.

Kous Neg Mawon

Dans la bouche de bon nombre de marcheurs, de musiciens, de politiques, le 22 mai c’est la fête nationale de la Martinique. Tôt le matin, par petits groupes, les marcheurs ont bravé les 7 km de bitumes reliant Saint-Pierre au Prêcheur. Ce sont les « ti neg et négresses marrons » qui ont entamé la « Kous Neg Mawon », une mention spéciale au collège Perinnon de Fort-de-France. Chez les adultes, la mairie sportive a dominé l’épreuve tant chez les femmes que chez les hommes. Tous les ténors du «KP 22 mé» ont pris la parole à l’espace Samboura. Sur le pan d’eau du bourg, ce sont les équipages de Case-Pilote qui ont remporté les 1res places tant chez les hommes que chez les femmes.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire