La carte d'identité nationale martiniquaise vous intéresse ?

L'histoire pour contrer un futur golf


 140e anniversaire de l'insurrection du Sud de septembre 1870. Lieu symbole d'un événement historique de l'époque post-esclavagiste, le site de Grand Fond fait l'objet d'une attention très particulière des mouvements indépendantistes et écologiques. Le projet de construction d'un golf et d'un complexe sur un site aussi symbolique ne recueille pas, loin de là, l'assentiment du président du Mir Martinique (Mouvement international pour les réparations), Garcin Malsa, maire et conseiller général de Sainte-Anne. Selon lui, la seule plaine argilo-calcaire de la Martinique, par ailleurs rare espace agricole non pollué par le chlordécone ne peut être le lieu d'implantation d'un golf, alors que son potentiel agronomique est important, surtout pour l'activité agricole dans le Sud.
Et puis, c'est d'autant plus insupportable pour lui et ceux qui l'accompagnent dans cette mobilisation, que c'est précisément sur ce site, que les événements du 18 septembre 1870, vont nourrir l'insurrection du Sud.
- Bref rappel historique
Le 19 février 1870, sur la route impériale reliant Rivière-Pilote au Marin, Léopold Lubin un jeune agriculteur et entrepreneur en BTP noir se rend sur le chantier du canal de la sucrerie du Marin. Au niveau de Grand Fond, quartier du Marin, il est cravaché par Augier de Maintenon, pour ne pas lui avoir cédé le passage. Le 25 avril 1870, au bourg du Marin, Lubin se venge. Le 19 août 1870, la cour d'Assises de Fort-de-France condamne Lubin à cinq ans de bagne et 1 500 francs de dommages et intérêts. Parmi les jurés du procès figure Codé, le propriétaire de l'habitation La Mauny. La condamnation est mal accueillie par la population du Sud.
Le 22 septembre, à Rivière-Pilote, vers 10 heures, le maire de la commune André-Auguste de Venancourt proclame la République dans sa commune. Dans l'après-midi, la foule s'amasse au bourg, elle réclame le désarmement des blancs du bourg, la tête de Codé et la libération de Lubin. Vers 21 heures, l'habitation Mauny est incendiée. Du 22 au 24 septembre, 25 habitations sont incendiées, à Rivière-Pilote, à Rivière-Salée, à Sainte-Luce et à Saint-Esprit. Le 24 septembre Codé est arrêté et mis à mort dans la campagne de Rivière-Pilote au lieu-dit « Croix Codé » . Dans la nuit du 24 au 25 septembre, 12 nouvelles habitations sont incendiées au Marin, au Vauclin et à Sainte-Anne.
À partir du 24 septembre se forme le camp de la Régale, composé de 600 insurgés commandés par Louis Telga et Eugène Lacaille. Le 26 septembre, c'est le début de la contre-offensive des troupes coloniales. Les insurgés sont encerclés et pourchassés. Beaucoup sont tués lors des batailles et de nombreux hommes et femmes furent condamnés au bagne. Parmi les chefs de l'insurrection, seul Louis Telgard (ou Telga) s'échappa et ne fut jamais retrouvé. Cinq des condamnés à mort furent exécutés au polygone Desclieux, en décembre 1871.
- Un soulèvement remarquable
Par sa radicalité, sa durée, sa massivité, par la frayeur qu'il installa chez les colons de l'époque, le soulèvement armé de septembre 1870 est sans aucun doute le plus remarquable de notre histoire. Femmes et hommes, petits paysans, ouvriers des champs ainsi que des éléments de la petite bourgeoisie martiniquaise ont tenu tête aux puissants pour défendre leur dignité, la justice et leurs légitimes intérêts.
- SON AVIS : Grand Fond réserve historique et potentiel agricole incontournable pour la Martinique
GARCIN MALSA, PRÉSIDENT DU MODEMAS ET DU MIR
Grand Fond est un lieu hautement historique, c'est le point de départ de l'insurrection du Sud. C'est à Grand Fond qu'Augier de Maintenon a cravaché Lubin. Durant près de trois siècles, nos grands parents ont aspergé le sol de Grand Fond par la sueur de leur labeur, en y récoltant du café, du coton et plus tard de la canne à sucre. Avec ses trois cents hectares de terres fertiles non polluées par le chlordécone, Grand Fond est aussi une perle exceptionnelle pour l'agriculture car c'est l'unique plaine argilo-calcaire de la Martinique. De plus, elle possède dans son sol une très importante nappe phréatique, lorsque l'on connaît les problèmes que rencontrent les agriculteurs en période de sécheresse. Je n'arrive toujours pas à admettre que certains élus du peuple ignorent des faits si importants et s'adjoignent aux actuels propriétaires du site, pour vouloir y construire un complexe hôtelier et un golf. Telgard, Lacaille, Bolivard et Villard, les meneurs de l'insurrection du Sud doivent se retourner dans leur tombe. Si « ces gens » ont de l'argent et désirent investir, s'ils veulent construire des hôtels et un golf, pourquoi ne financent-ils pas la remise à flot de nos nombreux hôtels qui ferment les uns après les autres et pourquoi n'investissent-ils pas dans le golf des Trois Îlets qui est moribond et attend des fonds pour ne pas fermer. Il faut arrêter de berner le peuple en mettant en avant une hypothétique création d'emplois lorsque l'on connaît les problèmes du tourisme en Martinique. Il faut aussi arrêter de se placer en grand connaisseur de Barbade en répétant inlassablement que l'île possède trois golfs. La Barbade n'a jamais construit de golf sur des terres exceptionnellement fertiles, ni sur un site historique de cette importance. De plus, Barbade n'a pas le même relief que la Martinique, c'est une île extrêmement plate ce qui facilite la création d'un golf. Laissons donc cet héritage historique d'exception à nos enfants.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire